mardi 28 mars 2017

Un jour ... j'ai décidé que ma vie était aussi chouette que celle des autres.




Elizabeth @blowinthewind.
Grace upon Grace Photography


Aujourd'hui, je vais faire un mea culpa. Je suis souvent envieuse et il m'arrive très souvent de comparer ma vie à celle des autres.

Au fond de moi, je sais que cela ne sert à rien de se comparer aux autres, parce que nous comparons toujours notre pire avec leur meilleur. Forcément, là où se cristallise l'envie, c'est qu'il y a une insatisfaction ou une impuissance de notre côté.

Alors, voilà, je me suis retrouvée à envier : les filles minces, les filles qui ont du style, les personnes qui passent leur temps à voyager, les personnes qui ont un job qui les éclate,les personnes qui sont à l'aise financièrement, ceux qui ont une maison magnifiquement bien décorée et agencée, ceux qui ont réussi à trouver leur voix.. et ainsi de suite. Il existe un nombre infini de catégories pour lesquelles on peut se comparer aux autres… et un nombre presque infini de personnes à qui se comparer. Je ne peux pas dire exactement combien de temps j'ai perdu avec ces âneries.

Pour ma part, j'ai toujours eu deux ou trois modèles bien ciblés,qui me servaient d'étalon de mesure, qui “semblaient” avoir mieux réussi que moi et vivre une vie parfaite. Et puis un jour, le vernis a commencé à se fissurer et j'ai pu prendre la mesure de ce qu'était leur vie en réalité. Et je n'en ai plus voulu. Mieux, je commençais à trouver des avantages dans la mienne. Et j'ai compris que me comparer aux autres me ferait toujours regretter celle que je ne suis pas ou ce que je n'ai pas, plutôt que de me permettre de profiter de ce que je suis et de ce que j'ai.

Non, je ne suis pas à cinq minutes de mon travail, mais je vis dans une belle maison près de la forêt et proche de toutes les autres commodités. Non, je ne dégage pas de salaire fixe tous les mois mais je peux organiser mon temps comme je l'entends. Non, je ne suis pas mince et sportive, mais je suis une épicurienne qui aime profiter des bonnes choses et rire de la vie. Non, je n'ai pas fais de tour du monde mais je connais bien les attraits touristiques de mon pays. A chaque chose qui me semblait être un frein, un défaut, je suis désormais capable de voir un avantage, un atout.

La comparaison nous prive de purs instants de bonheur. Je vous le garantis. Se comparer aux autres nous privera toujours de gratitude, de joie et d’épanouissement. Nous en oublions toutes ces choses que nous avons et qui nous sont chères. Comment pourrais-je être satisfaite puisque le bonheur, le vrai, se trouve là-bas, dans un environnement hors de ma portée ? Alors, au lieu de chercher à transformer l’extérieur dans un processus sans fin, je me suis décidé à apprécier ce que j'ai déjà. Et finalement, ma vie est plutôt chouette. Aussi chouette sinon plus que celle de ceux que j'enviais auparavant.

Un jour, une amie m'a dit que comparer ma vie avec celle des autres revenait à comparer une orange et un abricot. Ils ne vivent pas ma vie et je ne vivrais jamais la leur, alors autant célébrer celle qui se déroule sous mes yeux. Et il y a beaucoup à célébrer. La vente de mes premiers paniers gourmands, le lancement de mon activité de freelance, mon couple qui continu de grandir et de se bonifier malgré les tempêtes, la construction de notre petit nid douillet, la maladie que j'apprivoise de mieux en mieux, les amitiés qui se nouent, celles qui ne s'altèrent pas, d'avoir une famille où l'on ri et où on partage tout, les projets, les envies, ...

En tant qu’êtres humains, il est dans notre nature de nous comparer aux autres. Mais rien de bon ne sort jamais de cela. Surtout depuis que j'ai compris que les gens ne parlent que de ce qui est source de fierté dans leur vie. Au final, nous ne savons jamais ce qui ne se passe bien chez nos proches, amis, collègues . Il est donc inutile de perdre notre temps, notre énergie à être jaloux de la leur. On se sent infiniment plus heureux, lorsqu'on est conscient de ce qui nous apporte de la joie. Et se sentir plus heureux, ça aide à être plus positif, plus énergique, plus motivé pour affronter les petits tracas du quotidien ... bref, un véritable cercle vertueux.

Alors, aujourd'hui, je vais me faire une faveur : je ne me focaliserais plus sur les réussites des autres.Je vais changer de schéma de pensée. En passant du regret à l'action. En passant du " ah, si seulement j'avais ça .." au " comment je fais pour avoir ça ? ". Et je vais avancer pour obtenir ce dont je rêve. Et commencer à profiter de ma vie.


Et vous ? Vous arrive t'il d'être envieux ? Dans quel domaine ? Vous demandez- vous parfois ce qui ne va pas chez vous pour que vous ne parveniez pas à cette vie de rêve parfaitement équilibrée ? Que faites vous pour limiter les frustrations ? Dîtes moi tout !


13 commentaires:

  1. Ton article est très intéressant !
    Il m'arrive aussi d'envier certaines personnes : celles qui jouissent d'une santé qui leur permet de faire tout ce qu'elles veulent et celles qui gagnent correctement leur vie grâce à un job qui leur plaît. J'ai souvent l'impression d'avoir raté quelque chose... Mais comme toi, tout récemment, je me suis dit que c'était stupide de vouloir être autre chose que ce que je suis. Du coup, j'ai l'impression de me sentir mieux dans ma vie. Bizarre, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça ... Moi aussi. Mais quand on est malade, encore plus avec une maladie chronique/invalidante ... je pense que c'est humain. Ceci dit, je pense que ça irait mieux si la société n'était pas autant dans le culte de la performance ...

      Supprimer
  2. Je suis d'accord avec toi quand tu dis qu'on ne sait jamais ce qui ne va pas bien chez les autres ... Oui votre voisin a une belle maison, une belle voiture, et semble vivre une vie de dingue ... mais êtes-vous vraiment sûr qu’il est heureux ? J'en ai encore fais l'expérience il y a peu. Des gens que j'enviais pour leur mode de vie et leur mentalité et dont j'ai appris récemment qu'ils avaient vécu un drame horrible ...En tout cas, chouette décision que tu as prise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Wally. Oui, c'est sûr, on pense toujours que l'herbe est toujours plus verte ailleurs, mais on ne sait pas s'il n'y a pas de sables mouvants en dessous ...

      Supprimer
  3. J'ai longtemps été envieuse et ce matin même j'ai écrit un article qui reprends ce que tu dis :) grâce à beaucoup de travail sur moi même, je ne me compare pratiquement plus et qu'est ce que ça soulage ! très bel article , plein de sens :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, j'attends de voir ça alors ! :)

      Supprimer
  4. Je trouve que se comparer aux autres est "malsain" et, ce, dans les deux sens. Utiliser l'autre comme index de sa réussite n'est pas plus glorieux que d'utiliser l'autre comme index pour se dévaloriser ... je trouve que notre meilleur étalon de mesure, c'est nous même. Pour toujours s'améliorer, évoluer, progresser ... Voir ce qu'on était avant, ce qu'on est devenu, la manière dont on a évolué en bien, ça aussi c'est un bon moyen pour augmenter notre confiance en soi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. En gros, la comparaison, quelque soit le contexte, le sens, l'objet, la raison ... rien ne l'excuse ! ;)

      Supprimer
  5. C'est marrant je me suis rendu compte il n'y a pas longtemps que j'avais arrêté de jalouser les autres.
    Je pense qu'il faut se contenter de ce qu'on a et si ça ne nous suffit pas alors faisons des efforts. Ca ne sert à rien de comparer la vie des autres à la notre. Tu as raison.

    Bel article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi parfois, je me rends compte que j'ai encore quelques petites pensées dans ce genre ... comme lorsque j'ai vu un mec avec une belle grosse voiture qui coûte des briques. Et que j'enviais de pouvoir se la payer. Parce que je sais bien que même en faisant des efforts, il y a peu de chance que je puisses me la payer un jour ... enfin, rêver, ça reste gratuit x)

      Supprimer
  6. Ton article est super ! Un grand merci . J ai des douleurs chroniques depuis plusieurs années​ et je me suis mise à me comparer aux autres en pensant " Qu'est ce que ça doit être bien de ne pas avoir mal ..." Alors qu au fond ils ont d autres problèmes. J aimerai bien échanger avec toi plus dans le détail :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, ça me touche ! Je suis contente qu'il t'ai plu ! Oui bien sûr, n'hésites pas à m'envoyer un mail. J'y répondrais avec attention.

      Supprimer
  7. Ovary Confetti4 avril 2017 à 07:56

    Le truc ... c'est qu'on raisonne toujours en terme de manque. Quand on envie, c'est qu'on pense que notre réalité actuelle ne nous permet pas d'obtenir ce qu'on désire ...Combien de décisions a-t-on prises parce que… la réalité d'aujourd'hui ne le permet pas..
    Combien de choses n'a-t-on même pas ESSAYÉ de faire, car aujourd'hui, les contraintes de notre quotidien ne nous le permettent pas ? Depuis que je pratique le bouddhisme, j'ai décidé de penser en inversé ... Avec le corps que j'ai (hum, hum), je ne rentre pas dans cette petite robe estivale qui me fait de l'œil ... est devenu : (je prends cette robe dans la taille au dessus, tant pis pour le chiffre écrit dessus) et je me dis " whooo mais en fait, t'es un canon, elle sera parfaite avec mes spartiates ". Il suffit parfois d'un pas, d'une action dans la direction de ce que l'on veut. Il suffit d'oser aller au delà du rêve et de le transformer en projet pour que cela devienne notre nouvelle réalité ! Et comme ça, il n'y a définitivement plus besoin d'être envieux de qui que ce soit ...

    RépondreSupprimer